En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Unité Expérimentale Recherche Intégrée - Gotheron

Café Agro - Accueillir des brebis dans un verger - 19 mars 2019

Invités du jour : Arnaud Dufils (Travaux sur l’association verger et élevage, INRA Avignon), Martin Trouillard (Evaluation du risque des traitements au cuivre pour les animaux, FiBL France) et producteurs expérimentant ce type de système

Café Agro - Brebis dans un verger - 19 mars 2019
© S. Borne
Produire des fruits différemment… Ceci questionne de manière très concrète le verger, son agencement, ses pratiques… vers des systèmes moins spécialisés et plus autonomes. Les Cafés Agros sont ouverts aux agriculteurs, conseillers… en vue d’échanger sur une thématique ciblée, avec l’éclairage des invités du jour, et de partager les expériences et projets de chacun.

Des brebis dans un verger : quels bénéfices en attendre ? Quelles adaptations penser ? Et bien d’autres questions… Le 3e et dernier Café Agro de l’intersaison a permis d’échanger autour de cette thématique proposée par les participants des 2 premiers Cafés Agro et de considérer les différentes façons d’associer verger et brebis, leurs atouts et leurs contraintes.

Pourquoi introduire des brebis en verger ?

De nombreux services sont évoqués, le premier étant celui de ‘tondeuse’… mais d’autres bénéfices non négligeables ont été cités : gestion des ravageurs et maladies avec consommation des fruits infestés par le carpocapse au sol et feuilles de la litière (prophylaxie tavelure), ou encore limitation du campagnol dû au passage des animaux, changement de faune du sol par l’apport de matière organique… voire le plaisir de la présence d’animaux lors du travail dans le verger.

Comment associer verger et brebis ?

L’association peut être temporaire ou permanente, avec des brebis pâturant à l’année, ou sur la période hivernale, ou encore en passage rapide dans le verger, le troupeau pouvant être sur la ferme ou celui d’un éleveur en recherche d’herbages. Pour accueillir des brebis de manière permanente, des surfaces complémentaires sont nécessaires pour faire pâturer les brebis quand ce n’est pas possible en verger (récolte, traitements). La présence d’animaux sur la ferme sera également plus ou moins lourde selon si une production est visée (gestion des agnelages) ou si seul l’effet ‘tondeuse’ est recherché.

Cette association demande de gérer des arbres fruitiers, un troupeau et le sol du verger…

Côté fruitier, il s’agira de limiter les possibles effets négatifs, principalement la consommation des écorces. Des techniques d’éducation des brebis et des muselières qui visent à détourner les brebis des fruitiers existent ; elles sont peu développées et posent des questions éthiques. Certaines races de brebis (ex. Shropshire) s’attaquent peu aux écorces, sous réserve que leur alimentation ne soit pas carencée. La configuration du verger reste relativement proche d’un verger classique : la possible consommation de fruits et de rameaux ne concerne généralement que des branches basses qui produisent des fruits de moindre qualité, et les dégâts sur les goutteurs dus au passage des brebis sur ou sous les rampes d’irrigation sont très limités. Il faut toutefois surveiller !

Côté troupeau, cela demande effectivement une surveillance, incluant une protection du troupeau contre d’éventuels prédateurs, des apports en eau et des compléments (pierre à sel) pour éviter les carences, et une gestion du parasitisme via des durées et fréquences de pâturage minimisant le risque… Le cuivre est toxique pour les brebis à partir d’une certaine dose, et des effets cumulatifs peuvent être observés des mois après ingestion. L’exposition des brebis peut être due aux applications phytosanitaires de la saison mais également à la consommation d’herbe dans des parcelles historiquement traitées au cuivre. La présence d’un troupeau demande également d’être dans d’autres réseaux professionnels (éleveurs, vétérinaire…) et s’accompagne d’une gestion administrative plus contraignante que les productions végétales. Un délai avant récolte est également à respecter pour les productions fruitières ramassées au sol (noix, pommes à cidre).

Côté sol, la charge en animaux et la rotation du pâturage permettent de limiter les tassements et… ne pas oublier que l’effet ‘tondeuse’ permet d’éviter le passage de machines agricoles et donc de limiter ce tassement.

En bref, différents fonctionnements permettent une démarche progressive pour associer fruitiers et brebis à partir d’un verger ‘classique’. Plus largement, d’autres espèces animales (ex. volailles) peuvent également être introduites en verger avec une action complémentaire sur des ravageurs faisant une partie de leur cycle dans le sol.

Enfin, l’introduction de brebis en culture n’est pas une exclusivité du verger, cette pratique se développe dans le sud de la France en vigne en période hivernale, ou encore en systèmes assolés. A suivre… !

WP_20190319_024 petit

Participants