En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal Logo PSH adpaté couleur charte site

Plantes et Système de cultures Horticoles

Plantes et Systèmes de culture Horticoles

Comprendre la structure des réseaux trophiques autour des ravageurs et les impacts des auxiliaires sur les taux de prédation et de parasitisme.

Les interactions auxiliaires-ravageurs et le parasitisme ou la prédation des ravageurs qui en résultent sont au cœur du contrôle biologique par conservation. Nous renforçons  ce volet de nos travaux grâce à des développements méthodologiques, notamment par la mise au point d’amorces PCR spécifiques  des principales espèces ravageurs du pommier (tordeuses, pucerons, anthonome, hoplocampe) afin de pouvoir les détecter dans le contenu stomacal des prédateurs potentiels. Nous avons également développé des amorces spécifiques des principaux auxiliaires prédateurs ou parasitoïdes de ces ravageurs.

Syrphelarve pour axe 3

larve de syrphe dans une colonie de pucerons

Nos travaux sur le parasitisme des larves de carpocapse ont montré que les larves sont majoritairement attaquées par un parasitoïde ovo-larvaire spécialiste des tortricidae Ascogaster quadridentata (Braconidae) répandu dans toute l’Europe (50 à 90% des parasitoïdes de la communauté en vergers non traités). Un deuxième parasitoïde (Pristomerus vulnerator, Ichneumonidae), plus généraliste, est présent plus rarement notamment en France méridionale (5 à 15% de la communauté). Enfin, Perilampus tristis (Perilampidae) est la troisième espèce présente dans les larves. La détection moléculaire des parasitoïdes dans leur larve hôte nous a permis de montrer que P. tristis serait une espèce presque exclusivement hyperparasitoide (à 98%), se développant à la fois au dépend d’A. quadridentata et de P. vulnerator. Ces espèces sont présentes sur l’ensemble des générations du carpocapse en cours de saison en verger non traité. Le parasitisme est faible dans les vergers de pommiers commerciaux en agriculture biologique (env. 5%) et conventionnels (env. 2 %), et ce d’autant plus qu’ils sont entourés de vergers eux-mêmes conventionnels.

Les larves diapausantes de carpocapse sont la proie de carabes et d’araignées du sol à l’automne. Les pucerons, notamment le puceron cendré, sont la proie d’araignées de la frondaison au printemps. La liste des arthropodes prédateurs du puceron cendré et du carpocapse dans les vergers est de fait assez large (au moins 10 familles de prédateurs identifiés par PCR). Un avantage des prédateurs généralistes tels que les araignées est qu’ils peuvent être présents tôt en saison et donc contrôler le ravageur avant qu’il ne devienne fréquent. En revanche ils sont susceptibles d’effectuer une prédation intra-guilde nuisible, in fine, au contrôle du ravageur. Les analyses PCR de contenus stomacaux ou les observations en boite de Pétri permettent d’étudier la communauté prédatrice des ravageurs mais ne donnent pas directement accès à leur impact sur les ravageurs. Nous les combinons donc avec deux autres approches. La première, est celle de l’exposition de proies sentinelles permettant de mesurer des taux de prédations potentiels. L’utilisation d’œufs de carpocapse comme proies sentinelles a montré le rôle important des pratiques phytosanitaire des agriculteurs dans les parcelles cibles et leurs parcelles environnantes sur la prédation avec des taux de prédation variant de 18% à 63% selon les situations en août, ainsi qu’un effet négatif inattendu d’un fort enherbement des vergers (non traités). Dans une seconde approche, applicable quand il est possible d’estimer finement les populations de ravageurs et d’auxiliaires, nous avons cherché à corréler leur abondance avec celle d’auxiliaires. Par des suivis en vergers de pommiers commerciaux, nous avons ainsi montré que la présence d’auxiliaires, de manière générale, réduit la croissance des colonies de pucerons installées. Plus tôt en saison, les araignées de la frondaison (en particulier celles du genre Philodromus) sont susceptibles de réduire le nombre de colonies de pucerons en vergers biologiques ou non traités. Cependant les araignées sont aussi prédatrices d’auxiliaires tels que les larves de syrphes, y compris en présence de pucerons, ce qui nuirait à leur efficacité plus tard en saison.