En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Institut Sophia Agrobiotech Logo Marque Etat - République Française Logo_INRAE_noir Logo Université Côte d'Azur CNRS

Institut Sophia Agrobiotech

Institut Sophia Agrobiotech

Institut Sophia Agrobiotech

UMR INRA - Univ. Nice Sophia Antipolis - Cnrs
Inra PACA
400 route des chappes
BP 167
0690 Sophia Antipolis Cedex
FRANCE
Tel. : +33(0)4 92 38 64 00
Fax : + 33(0)4 92 38 64 01

http://www.paca.inra.fr/institut-sophia-agrobiotech

Soutenance de thèse - David MURU

Mercredi 26 Mars 2021 - 14:00 - Visioconférence par ZOOM

Soutenance de thèse
David MURU : "Solution miracle ou coup dans l’eau ? Potentiel et limites de l’utilisation des programmes de lutte biologique en écologie expérimentale"

Résumé :

La lutte biologique (ou biocontrôle) est l’utilisation d’organismes vivants pour lutter contre les populations de ravageurs des cultures en réduisant leur densité et les dommages qu’ils causent. L’auxiliaire de lutte biologique peut interagir, directement ou indirectement avec d’autres organismes en plus du ravageur ciblé et inversement. Le suivi de ses populations, en plus du suivi d’autres variables écologiques, pourrait donc permettre de confirmer ou réfuter des théories écologiques ou découvrir de nouvelles interactions avec les facettes biotiques et abiotiques de l’écosystème. De plus, les aspects méthodologiques de la phase de suivi postlâcher  et ceux de l’expérimentation en écologie partagent de fortes ressemblances. Dans ce travail, j’explore comment ces deux disciplines peuvent être conciliées et comment les données qui découlent de la lutte biologique peuvent être optimisées pour leur utilisation en écologie. J’utilise des données issues de programmes de lutte biologique pour traiter des questions en relation avec les dynamiques d’invasion, l’écologie des communautés et l’écologie du paysage. Dans le premier chapitre, je détaille les cas d’études utilisés : (i) l’introduction du parasitoïde Torymus sinensis contre la guêpe galligène Dryocosmus kuriphilus ; (ii) l’introduction de l’ectoparasitoïde Mastrus ridens contre le carpocapse de la pomme Cydia pomonella ; (iii) un inventaire des Trichogramma de France ayant pour objectif de caractériser les zones écologiques de chaque espèce ; (iv) la description des parasitoïdes oophages associés à Iphiclides podalirius à fine échelle temporelle. Le chapitre 2 est centré sur l’étude de la dispersion de T. sinensis à l’échelle de plusieurs zones productrices de châtaignes. Dans ce chapitre, j’utilise des données de suivi sur les sites de lâcher pour en faire un modèle de croissance des populations de T. sinensis et ainsi inférer les dates de colonisations de sites naturellement colonisés. Dans le chapitre 3, je recherche les impacts du succès du contrôle biologique de D. kuriphilus par T. sinensis sur la structure de la communauté de parasitoïdes natifs, récemment associée au ravageur. Le chapitre 4 est dédié aux cas d’études où la valorisation scientifique varie d’un échec complet (primo-introductions de M. ridens), la diffusion de connaissances naturalistes (suivi d’I. podalirius et des parasitoïdes oophagesassociés) en passant par l’identification de motifs écologiques à l’aide d’outils statistiques spécifiques (suivi des espèces de Trichogrammes à échelle nationale). Enfin, en compilant les connaissances disponibles dans la littérature et mon expérience sur le terrain, je discute ensuite du potentiel et des limites de l’utilisation de la lutte biologique en tant qu’expérimentation en écologie. Je conclue que bien que la lutte biologique fournisse un contexte écologique à l’expérimentation en permettant la manipulation de plusieurs facteurs, le contexte et les organismes impliqués ne peuvent pas être adaptés à n’importe quelle problématique écologique. Par exemple, le parallèle évident entre la biologie de l’invasion et la lutte biologique fait de ce dernier un fort atout pour étudier les procédés qui régissent le succès des invasions. Cependant, les facteurs comme les faibles seuils de détectabilité d’un auxiliaire de lutte biologique à faible densité (couplé à la sensibilité des méthodes de suivis) peuvent faire de l’étude des dynamiques et interactions lors des stades précoces de l’invasion, une entreprise périlleuse.

Devant le jury composé de :

Thierry Hance : President du jury et rapporteurHélène Delatte : rapportriceLise Roy : examinatriceElodie Vercken : directrice de thèseNicolas Ris : co-directeur de thèse