En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Ecologie des Forêts Méditerranéennes

Unité de Recherches Ecologie des Forêts Méditerranéennes

On a lu pour vous...

Biodiverté
© Inra
Au delà du virtuel, prédire les changements climatiques sur la biodiversité signifie plus qu’une corrélation entre climat et espèce

Pour prévoir de manière fiable la réponse des plantes et des animaux au changement climatique, il est essentiel de s’assurer que le climat joue un rôle déterminant dans la distribution de ces espèces. De ce fait, il existe actuellement beaucoup de littérature liée aux modèles de répartitions d'espèces (aussi appelé modèle de niche, modèle d’habitat, enveloppe bioclimatiques), c’est-à-dire des modèles qui lient la présence des espèces et le climat. Ces modèles ont été employés pour diverses espèces (par exemple plus de 1000 espèces d’animaux et plantes, Thomas et al (2014) Nature, [427]: [145], https://www.nature.com/articles/nature02121, plus de 1500 espèces, Thullier et al (2011) Nature, [470]: [531], https://www.nature.com/articles/nature09705#Sec2), les plantes européennes (Thullier et al 2005, PNAS, [102]: [8245], https://www.pnas.org/content/102/23/8245) mais aussi plus récemment sur les arbres forestiers Européens (Dydersky et al (2018), GCB, [24]: [1150], https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/gcb.13925). Ces études sont nombreuses, et peuvent faire la une des recherches scientifiques, mais aussi des médias.

Les modèles de niche sont de plus en plus populaires auprès des scientifiques, notamment grâce à leur facilité d’utilisation. Avec les différent logiciels et algorithmes existants, ces outils sont aussi recommandés en sciences de la conservation, comme par exemple pour la gestion et la prédiction future des forêts (Pecchi et al (2019) Ecological Modelling, [411]: [in press], https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0304380019303254).

Les prédictions obtenues par les modèles de niche sont parfois très pessimistes, et même douteuses pour certaines espèces, notamment à cause de la structure spatiale des données utilisées.

L’évaluation de l’usage de modèles, notamment pour identifier les relations de cause à effet entre présence des espèces et climat, a fait l’objet d’une étude récente par Journé et al (2019) Ecology [in press]. Les auteurs ont utilisé des modèles corrélatifs basés sur le climat pour prédire la distribution d’espèces « virtuelles » dont les répartitions ont été simulées de façon totalement indépendante du climat, et ce pour divers groupe taxinomiques. Les auteurs ont montré qu’il est possible de prédire aussi bien des fausses aires de répartitions des espèces virtuelles que les espèces réelles, qui sont supposés a priori être déterminées par le climat. Sans remettre en question le rôle du climat sur les aires de répartitions des espèces, cette étude appelle à la plus grande prudence quant à l’utilisation de cet outil, notamment lors de la prédiction du changement climatique sur les aires de répartition des espèces.

Pour plus d’informations, l’étude est disponible au lien suivant : https://esajournals.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ecy.2912

 

 

Par Valentin Journé